vendredi 17 avril 2009

"Marcovaldo" Italo Calvino

Tendres nouvelles urbaines, par Mbu.

Marcovaldo, pauvre et manœuvre, avec une famille nombreuse à nourrir, vit en ville. Mais il a l’œil « vert » et est attentif à toutes les manifestations que son univers d’asphalte cache. Cependant, sa quête de la nature en ville lui joue parfois des tours. Ainsi, il sème la terreur en ville avec un lapin vénéneux, il est perpétuellement dérangé par les intrusions de la ville dans sa quête désespérée d’une nuit de sommeil « sauvage » sur un banc d’un square qui le fait rêver depuis longtemps, tentant de transformer les diverses manifestations citadines en manifestations naturelles par la force de son imagination, il se régale d’une journée de neige en faisant beaucoup rire le lecteur, regarde avec envie passer les vaches en transhumance vers la montagne (quand il les regarde, il se sent comme au fond d'un puit) ou tombe amoureux d’une plante verte « magique ».

Chaque chapitre est une histoire ancrée dans une saison, et les saisons s’écoulent au fil des histoires, douces et amères, poétiques, drôles. Italo Calvino a un remarquable talent pour nous faire vivre ses nouvelles qui toutes sont imbibées de cette chaleureuse écriture italienne que j’aime tant. Ses histoires sont comme des tableaux, on les voit, on les respire, on les ressent. Qui n’a pas ressentit ce que Marcovaldo ressent, cet homme attentif à tous ces petits détails de la nature qui s’infiltre là où on s’évertue à la chasser. Parfois, la ville reprend violemment le dessus, comme ce rêve d’été éclaté par l’intrusion d’un plateau de cinéma, d’autrefois, c’est la nature qui a le dessus, comme la neige ou cet arbre généreux qui rassemble des foules en liesse.

Citadine depuis toujours, vivant dans une immense mégapole, mais amoureuse de la nature et la cherchant partout, j’ai trouvé en Marcovaldo un personnage qui me parle plus que n’importe quel autre. Et quelle étrange chose que de lire cette histoire sur Marcovaldo cherchant un endroit du fleuve pas trop pollué pour pêcher, alors que moi-même, au bord du Fleuve Jaune, j’observais entre deux lignes ces citadins pêcheurs qui faisaient abstraction de la ville autour d’eux, concentrés sur leur ligne plongeant dans l’eau sale.

21 commentaires:

  1. salut j'aimerais avoir un résumé de quelque lignes de chaque chapitres svp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moi aussi ça fait chier comme ça !!

      Supprimer
    2. moi aussi j'aimerais un résumé du chapitre 1,2,5,7,8,11,14et19 svp

      Supprimer
    3. perso si on me le fait je payes

      Supprimer
  2. Certainement pas, premièrement parce que je ne bosse pas gratis, deuxièmement parce que j'interdis à mes élèves de copier sur Internet et finalement, parce que je ne supporte pas qu'on puisse se permettre de parler d'un livre qu'on a pas lu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vasi t'es relou toi --' On s'en fiche de vot livre de :poop: Vous avez pas pige que l'on a évoluer ?

      Supprimer
    2. Tu dois faire tellement peu d'heures de travail que tu pourrais le faire gratuit. Ces profs je te jure

      Supprimer
  3. oui ! ça c'est de la réponse ! bien dit, Katie.

    RépondreSupprimer
  4. Oui c'ets tres bien resume ..

    RépondreSupprimer
  5. wee c vrai moi ossi j suis prof parfois je mets des zeros si on prend du net des resumes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme si un prof pouvait écrire comme ça !!

      Supprimer
  6. Oui, tu as l'air d'être professeur. Je te le confirme. Si tu veux réussir à être crédible, tu devrais revoir l'orthographe...

    RépondreSupprimer
  7. C'est tellement nul se livre

    RépondreSupprimer
  8. Ce livre est complètement nul. Je laisse un petit message pour mon prof de Français; tu peux toujours chercher mon coco, tu ne trouveras jamais où je prend mes résumés de livre :) pour V.M.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjours j'aurai besoin d'aide et je n'arrive pas à répondre a ses question :
    -La transhumance des vaches est -elle décrite de manière réaliste? Quelle tonalité des épisodes de ce type donnent-ils au texte de Calvino
    -Pourquoi Marcovaldo se prend-il d'affection pour la plante verte de la société ou il travaille ? A quel registre cet épisode
    appartient-il ?
    -Quelle image de la société contemporaine ressort de l'épisode sur les bons de lessive? Comment le quotidien envahi les préocupations commerciales retouve-t-il de la poésie ?
    Merci pour vos réponse
    ps: Ce sont des question pour comprendre le livre et pour se préparer du mieux possible au contrôle

    RépondreSupprimer
  10. Vous allez arrêté de craché sur ce livre ou quoi ? il est peut être pas terrible mais il est pas pire que d'autre bouquin !

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour les informations mais j'aurais voulu plus d'information mamon proffeseur ne laisser que 1 demain pour lire le livre ... Je suis bien embêtée car je ne peut pas lire un livre Qui ne m'intéresse pas ! Et ce livre et pour moi un suicide ... Tout les sites sont payant pour avoir le résumer de chaques chapitres mais merci comme même d'avionr réussi à avoir lu ce lire ;)

    RépondreSupprimer
  12. Salut, je suis une élève de 3ème, j'aurais besoin d'un résumé détaillé chapitre par chapitre car j'ai lu le livre en entier mais je n'ai pas tout compris.
    Merci d'avance

    RépondreSupprimer