mercredi 23 juillet 2008

"Walden" - Henry David Thoreau

Aujourd'hui plus que jamais ! par Lise CC

Walden et les autres ouvrages de Thoreau ont inspiré les écrits de Tolstoï, Mohandas K. Gandhi, Martin Luter King Jr - et Barrack.H.Obama, pour citer le dernier en date. Ont été influencé par la philosophie d'Henry Thoreau et par son génie littéraire, Frederick Douglass ( Narrative, 1845) la majeure partie de l'œuvre de Margaret Fuller, Harriet Beecher Stowe ( Uncle Tom;'s Cabin, 1852), Herman Melville ( Benito Cereno, 1855), Walt Whitman ( Préface de l'édition 1855 de Leaves of Grass)
Si nous pouvons considérer Henry D. Thoreau comme le plus important élément de ce que F.O. Matthiessen , soixante ans plus tard, appellera la Renaissance Américaine, nous ne devons pas perdre de vue qu'il est aussi l'un des plus grand réformateur de la moitie du dix neuvième siècle, et que sa philosophie, ses écrits, ont largement contribué a donner à la société l'impulsion vers une nouvelle direction, loin des cahots et des insanités du monde de ce temps-là. Pour Thoreau, et nous le voyons clairement dans Walden, la réforme doit passer par le combat contre deux mouvements négatifs et malsains : l'esclavage et le capitalisme industriel.
Nous retrouvons le chant idéologique de Thoreau repris par Emerson - " (...) public and private avarice, that make the air we breathe thick and fat ( … ) " ; et par Whitmann, demandant " ( …) scum floating atop of the waters, / Who are they as bats and night-dogs askant in the capitol? / What a filthy Presidentiad ! (...) "

Mots qui continuent d'être d'actualité aujourd'hui plus que jamais !

Ce qui m'enchante aussi, à chaque lecture de Walden, c'est la soyeuse et simple chanson des mots tendus sur la structure solide de l'arrière chant . Comme ( et j'ouvre le livre au hasard ) par exemple, la phrase qui ouvre le chapitre 14 : Former Inhabitants and Winter Visitors :

I weathered somme merry snow storms, and spent somme cheerful winter evenings by my fire-side, while the snow whirled widly without, and even the hooting of the owl was hushed …

Et les deux courtes phrases qui clôturent Walden :

There is more day to dawn. The sun is but a morning star…

9 commentaires:

  1. En quoi, impressionnant, Zaphinouchat ??? c'était un homme fort simple, ce thoreau-là, parloe ;)

    RépondreSupprimer
  2. Bah, c'était ton article qui était impressionnant, pas le fait de passer trois mois dans une cabane ;-)

    RépondreSupprimer
  3. merci, tu es trop gentil, mais Henry (Thoreau) EST un type super, mon article est trop succint si on considère tout ce qu'il y aurait à dire sur lui, et enfin, il y a passé presque 2 ans, dans cette cabane, le pauvre. D'ailleurs, il est mort prématurénment, because.
    Pas assez connu en France. On va continuer par Emerson, chiche ???

    RépondreSupprimer
  4. OK-do, j'y travaille ! tu m'aides ? :))

    RépondreSupprimer
  5. Ah non, désolé, j'ai d'autres projets (plus modestes)
    :-D

    RépondreSupprimer
  6. oopsssss... vrai, Emerson, c'est un peu trop haut perché....

    RépondreSupprimer