lundi 1 juin 2009

Jennifer Johnston (Aristochat juin - juillet 2009)

I'll meet you in Ireland, par Livrovore


Jennifer Johnston est née à Dublin en 1930. Elle est la fille du dramaturge Denis Johnston et de sa première épouse Sheelagh Richards, actrice et metteur en scène. Elle a suivi ses études au Trinity College à Dublin avant de vivre à Londres puis à Derry, où elle s’est installée jusqu’à aujourd’hui. Elle a eu quatre enfants.

Elle a d’abord écrit pour le théâtre et ne publie son premier livre, « Princes et capitaines », qu’en 1972. C’est à 35 ans qu’elle a commencé à écrire, et ses romans ont été traduits et publiés dans de nombreux pays. Certains ont été adaptés en téléfilms. Elle a été distinguée par une sélection pour le Booker Prize en 1977 pour « Des ombres sur la peau », et le Whitbread en 1979 pour « Une histoire irlandaise ».

Elle représente une figure majeure de la littérature contemporaine irlandaise. Profondément inspirée par la culture de son pays, son œuvre se construit sur la rencontre entre ses héroïnes, femmes libres ou cherchant cette liberté, et les tensions (amoureuses, familiales, politiques, religieuses…) qui habitent l’Irlande.

Dans une interview datant de juillet 1998, elle déclare ne pas vouloir être classée dans la catégorie "écrivain féminin" : "tous les gens peuvent me lire et se retrouver dans mes romans". La violence et la haine sont omniprésentes dans ses livres. Ils sont, dit-elle, "l'arrière-plan de toutes nos vies". Interrogée sur sa manière de travailler, elle répond : "J'entends dans ma tête des voix qui me dictent ce que je vais écrire. Je suis incapable de planifier mon travail de manière précise. Je m'assois à ma table et j'écoute. Ce n'est pas facile, mais c’est ainsi que j'écris".


Bibliographie :


- Princes et capitaines (The captains and the kings, 1972)

- The Gates (1973)

- Si loin de Babylone (How many miles to Babylon, 1974)

- Des ombres sur la peau (Shadows on your skin, 1977)

- Une histoire irlandaise (The old jest, 1979)

- The Nightingale and Not the Lark (Théâtre) (1980)

- Un Noël blanc (The Christmas tree, 1981)

- Un homme sur la plage (The railway station man, 1984)

- Le sanctuaire des fous (Fool’s sanctuary, 1987)

- La femme qui court (The invisible worm, 1991)

- L’illusionniste (The illusionist, 1995)

- Three Monologues (“Twinkletoes”, “Mustn't Forget High Noon”, “Christine”) (1995)

- The desert Lullaby (Théâtre) (1996)

- Je m’appelle Mimi (Two Moons, 1998)

- Petite musique des adieux, (The gingerbread woman, 2000)

- Ceci n'est pas un roman (This is not a novel, 2002)

- De grâce et de vérité (Grace and truth, 2005)

- Foolish Mortals (2008)

7 commentaires:

  1. Ses livres ont de jolis titres!

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connais absolument pas cette auteure, une découverte donc pour moi, j'irai à la bibliothèque mardi ou mercredi voir ce qu'ils ont d'elle. Petite question : "L'illusioniste" est-il le livre pendant du film du même nom(je l'ai chez moi-le film- pas encore vu et je préfère le lire avant de le voir)?

    RépondreSupprimer
  3. Elle a un faux air d'Elton John, non ?

    RépondreSupprimer
  4. Ne me dis pas qu'en plus, elle chante ! ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Anne> Espérons que les histoires te plaisent autant que les titres :-)

    Sandriine> J'espère que ça sera une belle découverte pour toi. A priori non, pas de rapport entre le film et ce roman de Johnston "L'illusionniste".

    Thomas> Il est vrai qu'avec un petit chapeau, on s'y tromperait :o)

    RépondreSupprimer
  6. How wonderful life is...

    ... when youuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu're in the wooooooooooooooorld ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Notons en passant l'article de Catherine de Biblioblog sur "Un homme sur la plage" :
    http://www.biblioblog.fr/post/2009/07/10/Un-homme-sur-la-plage-Jennifer-Johnston

    RépondreSupprimer