mardi 3 novembre 2009

"Typhon sur Hong-Kong" - John Burdett

Quand pragmatisme ne rime pas avec humanisme, par Ingannmic.


Hong-Kong, 6 millions d'habitants...
... et 6 millions de secondes (1) avant la restitution de l'île à la Chine.
L'inspecteur Chan, un eurasien dont la mère fut assassinée 16 ans plus tôt par les communistes, est chargé d'enquêter sur le meurtre de trois individus dont les corps ont été charcutés par des hachoirs industriels, avant que leurs têtes ne soient jetées à la mer dans des sacs en plastique. Cette enquête nous immerge dans les différentes parties de Hong-Kong, des buildings du quartier des affaires à Mongkok, "l'endroit le plus peuplé de la terre", où cohabitent des réfugiés issus de dizaines de communautés différentes, en passant par "Les Nouveaux Territoires", paysages de conteneurs protégeant des marchandises plus ou moins illégales, squattés par les délinquants et les miséreux. Tout cela compose un monde grouillant et odorant, où 5000 ans de tradition asiatique se mêlent à l'empreinte apposée par le joug britannique.
John Burdett se plait à explorer cette ambiguïté qui fait la caractéristique de Hong-Kong, qui de plus constitue le refuge de milliers de chinois ayant fui le régime communiste de Pékin, et qui appréhendent la prochaine passation de pouvoir. Une angoisse compréhensible pour des individus coincés entre un gouvernement auquel ils ont bien souvent à reprocher la perte d'un -ou de- proche(s), et une administration britannique qui souhaite éviter tout incident avant la restitution de l'île, qui par conséquent ferme les yeux sur les exactions commises par le régime chinois, ainsi que l'a toujours fait le monde occidental, par naïveté d'abord, puis pour sauvegarder les alléchantes perspectives commerciales offertes par l'un des plus grands marchés mondiaux ensuite. Opportunités qu'ont déjà commencé à exploiter les organisations criminelles internationales, qu'il s'agisse des triades asiatiques, des mafias russes, américaines et siciliennes, ou de l'Armée Populaire de Libération chinoise, qui a su tirer des enseignements des pratiques capitalistes. En effet, après l'effondrement du régime soviétique, nombre de dirigeants chinois qui avaient cru au communisme se sont adaptés à la nouvelle donne mondiale en admettant la supériorité du pouvoir de l'argent, et surtout en apprenant à utiliser ce pouvoir...
A partir d'une histoire ayant pour cadre ce petit territoire qu'est Hong-Kong, l'auteur nous livre une démonstration de l'émergence de la puissance chinoise, avec laquelle il faudra dorénavant compter.
Vous l'aurez compris, "Typhon sur Hong-Kong" est bien plus qu'une simple enquête policière. John Burdett parvient par le biais de son intrigue à rendre compte des ramifications complexes et des enjeux économiques et politiques qui composent les relations entre la Chine et l'Occident, et qui prennent le pas sur le bien-être et les droits des individus. Individus que l'auteur, lui, n'oublie pas : ses personnages sont bien campés, et leur parcours, leurs doutes et les choix qu'ils font servent son propos à merveille.

(1) Le titre original de ce roman est : "The last six millions seconds".

1 commentaire: